La nouvelle place des rondes dans la mode

AuteurPar la rédaction
Mis en ligne Mars 2012
Dossier Les rondes et la mode
Médias 3 médias
Adele en couverture du Cosmopolitan – Décembre 2011
Adele en couverture du Cosmopolitan – Décembre 2011

À une période où l’on commence à scander la révolution des rondes dans la mode, la chanteuse britannique Adele pose en couverture du magazine « Cosmopolitan » pour son édition de décembre 2011. Elle y arbore fièrement ses formes dans une robe léopard ultra-moulante dont le décolleté pourrait faire chavirer plus d’un. Il semblerait qu’Adele a trouvé le moyen le plus efficace de scander « Vive les rondes ! ».

Quelle place tiennent réellement les rondes dans la mode ?

Etant donné la vitesse avec laquelle les tendances changent et évoluent, on ne saurait trop s’accorder sur une définition de la mode qui puisse être absolue. Toujours est-il qu’il nous arrive d’y associer des notions comme l’esthétique ou la beauté… En somme, on pourrait dire que la mode est une tendance adoptée par un bon nombre de personnes à un moment donné, jusqu’à ce qu’une nouvelle tendance prenne le dessus, selon quoi le cycle de pensées des "modeurs et modeuses" s’adapteraient en conséquence.

C’était, disons, la partie « théorique » de notre appréhension de la mode. Un passage presque obligatoire, en quelque sorte, pour introduire le fait que la mode, telle que nous la concevons, semble vouloir véhiculer une image bien précise de la beauté : une belle femme devrait alors avoir un corps mince et svelte car aucune rondeur d’aucune sorte ne devrait être visible sur une silhouette parfaite ! Nul besoin de partir sur un long débat philosophique pour comprendre un code aussi explicite. Sur les couvertures des grands magazines de mode, sur les podiums et même au cinéma, le culte du corps mince a dépassé le cap des tendances pour devenir une idée fixe chez celles qui pensent dur comme fer que l’on ne peut être belle autrement qu’en étant mince, voire maigre.

Ce qui nous mène à une autre question, la vraie, les femmes rondes n’ont-elles donc pas leur place dans la sphère de la mode ?

Silhouette fine ou programme minceur, on ne parlerait plus que de cela dans l’univers de la mode car il semblerait que la grande majorité des femmes, en partant de la femme lambda jusqu’aux stars les plus célèbres du cinéma et de la chanson, courent toutes après le fameux « poids idéal ». Mais idéal pour qui et pourquoi ? Devrait-on baser le concept du poids idéal en se référant à la silhouette des tops models qui défilent sur les podiums des plus grandes marques de mode ? Tant pis si les observateurs les plus pointus décèlent les symptômes de l’anorexie chez la plupart de ces stars et de ces mannequins qu’on idolâtre, pourvu que, comme elles, on arrive à atteindre cette fameuse taille 0 tellement prônée par les fanas de mode !

On serait tentée de croire que les rondes tardent à sonner le glas de l’ère de la « skinny attitude » car le diktat de la taille 0 semble régner en maître dans l’univers de la mode. Pourtant, nombreuses sont les stars qui commencent à élever leurs voix pour lutter contre la marginalisation des rondes. Quand la chanteuse britannique Adele a fait la couverture de Cosmopolitan en décembre 2011, les critiques, même les plus acerbes, ont fini par reconnaître la beauté de la chanteuse, sublimée, s’il vous plaît, par ses rondeurs bien placées ! Adele n’a d’ailleurs pas été la seule à s’élever contre la loi de la taille 0 car on se souvient que même Cindy Crawford, l’ancienne top-model, avait déploré le fait que l’industrie de la mode ne semble ouvrir ses portes qu’aux mannequins filiformes. Même les stars qui ont réussi à perdre beaucoup de poids, à l’instar de Jennifer Hudson, avouent après coup qu’elles étaient finalement fières de leurs formes.

Alors où va-t-on quand des grandes personnalités de la mode, notamment Karl Lagerfeld, font des aveux aussi explicites de ce genre : « On ne veut pas voir de rondes, la mode étant une affaire de rêves et d’illusions. » ? Certes, il existe bien des marques spécialisées dans les vêtements et accessoires de grandes tailles mais il faut bien l’avouer, il n’en existe pas des masses ! Certaines iront même jusqu’à dire que les pièces proposées ne sont pas toujours très belles…

Si tel que l’adage l’affirme, les hommes préfèrent réellement les rondes, pourquoi essaie-t-on encore de stigmatiser les efforts des mannequins rondes comme Johanna Dray, Ashley Graham, Beth Ditto ou encore Tara Lynn si comme les autres top models « minces », elles ne font qu’exposer leur beauté ? On se le demande…

    Les photos associées

    Adele en couverture du Cosmopolitan – Décembre 2011

    À une période où l’on commence à scander la révolution des rondes dans la mode, la chanteuse britannique Adele pose en couverture du magazine « Cosmopolitan » pour son édition de décembre 2011. Elle y arbore fièrement ses formes dans une robe léopard ultra-moulante dont le décolleté pourrait faire chavirer plus d’un. Il semblerait qu’Adele a trouvé le moyen le plus efficace de scander « Vive les rondes ! ».

    puce Infos : RobeLéopardAdele
    puce À voir dans : La nouvelle place des rondes dans la mode

    Ashley Graham posant pour Lane Briant Printemps-Été 2010

    Ashley Graham, top model US, s’était retrouvée au cœur d’une polémique lorsque la marque de lingerie Lane Briant l’avait choisie pour poser en petite tenue dans sa Collection « spéciale grande taille » Printemps-Été 2010. Alors que d’un côté, ceux qui militaient pour la cause des rondes dans la mode s’extasiaient du courage de la belle pour montrer ses rondeurs sans aucun complexe et dans toutes leurs splendeurs, les détracteurs jugeaient, d’un autre côté, que la démarche de la top model était impudique… La voie de la censure avait alors été adoptée presque à l’unanimité…

    puce Infos : Printemps Été 2010

    Campagne “Love Your Body” par The Body Shop - 1998

    Flashback en 1998 où la marque The Body Shop a fait davantage parler d’elle en militant pour une cause jugée alors « controversée » dans la sphère de la mode : la stigmatisation des rondeurs sur la silhouette de la parfaite top model. Sans équivoque, la campagne « Love Your Body » avait mis le doigt sur un phénomène de société que beaucoup feignaient de ne pas voir. Le slogan était explicite : « Il y a 3 millions de femmes qui ne ressemblent pas aux tops models et 8 seulement qui leur ressemblent ». L’image de la campagne montrait une poupée dénudée, appelée Ruby, qui arborait fièrement ses rondeurs. Cependant, « Love Your Body » avait eu tôt fait de passer à la censure… sans commentaires.