L’enfleurage

AuteurPar la rédaction
Mis en ligne Février 2012
Dossier Fabrication du parfum
Médias 2 médias
L’enfleurage à chaud
L'enfleurage à chaud

L’enfleurage à chaud est une méthode d’extraction de parfum très utilisé dans les parfumeries de la ville de Grasse. Les fleurs fraîchement récoltées sont placées dans des cuves en cuivre, remplies de graisse bouillie que l’on laisse refroidir lentement. Cette méthode longue et coûteuse est aujourd’hui fortement délaissée par les professionnels de la parfumerie.

L’enfleurage ou l’extraction des senteurs par matières grasses

L’enfleurage est une autre technique très ancienne au même titre que la macération. Cette technique est basée sur la capacité d’absorption des corps gras avec les matières odorantes. Il y a l’enfleurage à chaud et l’enfleurage à froid selon la résistance de la fleur ou de la plante à la chaleur.

L’enfleurage à chaud

L’enfleurage à chaud, très pratiqué par les égyptiens, est une méthode qui consiste à plonger les fleurs ou les plantes dans des cuves remplies de graisses fondues et maintenues à l’état liquide au bain-marie. Le mélange est touillé pendant 2 heures, puis il faut le laisser reposer. Le lendemain, les fleurs de la veille sont extirpées et remplacées par de nouvelles fleurs qui sont fraîches, l’opération est ainsi répétée une dizaine de fois.

Lorsque le mélange est saturé, la graisse et les fleurs sont séparées et la pommade obtenue est traité avec de l’alcool pur. Le mélange pommade/alcool est mélangé puis laisser reposer. Une fois l’alcool fortement imprégné du parfum, il est filtré afin d’éliminer toute trace de graisse. Le produit obtenu est de l’ « extrait de parfum ».

L’enfleurage à froid

L’enfleurage à froid aborde le même principe que l’enfleurage à chaud, sauf qu’il est souvent pratiqué avec les fleurs les plus fragiles, celles qui ne supportent pas la chaleur à l’instar de la jonquille, le jasmin ou encore la tubéreuse. Les fleurs sont ensuite immergées dans une solution chaude disposée sur une fine couche de graisse à même un châssis de verre de 40 à 60 cm de côté.

La graisse utilisée est un mélange de graisse de porc et de bœuf, stabilisée avec du benjoin. Pour la phase finale, le principe est le même que pour l’enfleurage à chaud. Il faut en moyenne à peu près 3 kilos de fleurs pour qu’un kilo de graisse soit saturé. Le coût exorbitant de cette méthode d’extraction à fortement contribué à l’abandon de cette pratique.

    Les photos associées

    L’enfleurage à chaud

    L’enfleurage à chaud est une méthode d’extraction de parfum très utilisé dans les parfumeries de la ville de Grasse. Les fleurs fraîchement récoltées sont placées dans des cuves en cuivre, remplies de graisse bouillie que l’on laisse refroidir lentement. Cette méthode longue et coûteuse est aujourd’hui fortement délaissée par les professionnels de la parfumerie.

    puce À voir dans : L’enfleurage

    L’enfleurage à froid

    L’enfleurage à froid utilise des châssis de verre pour procéder à l’extraction du parfum des fleurs les plus délicates. Les fleurs sont déposées sur une fine couche de graisse et laissées reposer pendant quelques jours. Quand la graisse est saturée, on procède à un filtrage pour enlever le gras et ne garder qu’une solution pure de parfum.