Les formations pour devenir nez

AuteurPar la rédaction
Mis en ligne Janvier 2012
Dossier Le métier de Nez
Médias 2 médias
Etre nez : un cursus scientifique en chimie d’abord !
Etre nez : un cursus scientifique en chimie d'abord !

Le métier de nez est précédé d’un long apprentissage d’une dizaine d’années avant de prétendre en connaître les bases... Cet apprentissage commence par un cursus minima de chimie à bac+2 vers un bac+4 en spécialisation...

Tout sur les différents parcours de formations, écoles et cursus universitaires pour travailler en tant que nez dans la parfumerie

Être nez est un métier passionnant, car c’est une profession qui ouvre les portes d’un nouvel univers olfactif où la liberté créative est à la fois votre plus grand atout comme votre unique restriction, au final. Aussi, pour découvrir ce fabuleux métier, nous vous proposons un petit tour d’horizon sur les diverses formations qui permettent d’accéder à cet univers qui, parfaitement maîtrisé, vous fera accéder aux plus hautes sphères du monde des cosmétiques et de la parfumerie.

Si les formations universitaires comme les formations privées ont pour point commun leur longue durée à raison des 1500 à 3000 senteurs différentes à mémoriser, elles ont toutefois leurs propres spécificités. Un point important également avant de se lancer dans un cursus pour exercer le métier de nez : ne pas être fumeur, car la cigarette déforme la perception de l’odorat !

Les formations universitaires avec un diplôme scientifique à la clef

Pour défaire certaines idées reçues, avoir un nez extrêmement sensible n’est pas une condition requise pour exercer le métier de nez. Certes, cela constitue un atout certain mais aucunement un critère éliminatoire. En ce sens, il faut clarifier le fait que les nez utilisent plus leur mémoire pour identifier les différents parfums de manière théorique ainsi que leurs acquis en chimie que leur organe de l’odorat.

Ainsi, pour devenir un fin nez, un cursus universitaire en chimie reste de rigueur avec un Bac+2 du type DUT ou BTS minima. Si des Licences et des Masters en chimie existent évidemment, il serait peu judicieux de se forger son expérience uniquement dans ce domaine car tout d’abord, une grande maison de cosmétiques se refuserait à vous prendre en raison d’une éventuelle formation trop rationnelle, nuisible à la liberté créative. Ensuite, il faut compléter les acquis scientifiques avec d’autres disciplines telles que le marketing, la législation et la gestion.

En outre, l’ONISEP propose également de vous détailler en totalité les différentes mentions pour un Master Sciences et Technologies telles que Sciences chimiques spécialité Industrie des Parfums, Cosmétiques et Arômes, Ingénierie et Management des Entreprises, Cosmétiques et Parfums et enfin Arômes, Parfums, Cosmétiques : formulation, analyse chimique et sensorielle.

Comme vous l’aurez compris, en suivant un cursus universitaire, il faudra en profiter pour jouer sur la polyvalence afin d’intégrer plus facilement l’univers de la parfumerie souvent en formation interne après un parcours universitaire ou pour les cursus courts : en passerelle vers les formations privées dispensées par les deux seules institutions mondiales à proposer cette vocation.

Les formations privées

Outre les formations universitaires classiques pour acquérir la polyvalence nécessaire, il existe également des formations privées qui dirigent vers le secteur de la parfumerie de manière plus directe et incisive. Pour ceux et celles qui auraient la chance d’avoir une connexion directe avec le milieu, il existe des possibilités de formation interne aux entreprises, familiales, ou encore une formation directe avec auprès d’un maître nez.

Sinon, si vous pensez être doué(e), voire très doué(e), pensez à tenter votre chance pour entrer dans les deux seuls instituts privés mondiaux spécialisés dans ce fameux métier de nez : le Grasse Institue of Perfumery ouvert depuis 2002, et bien entendu l’ISIPCA ou Institut Supérieur International du Parfum, de la Cosmétique et de l’Aromatique Alimentaire, la référence mondiale du secteur.

Pour intégrer ces formations privées, un niveau Bac+2 scientifique est exigé et permet d’obtenir à la clé un diplôme en Bac+4. Toutefois, il est important au début de cette formation de savoir quelle filière choisir : parfumerie de luxe ou parfumerie de grande consommation, car aucune passerelle ne sera disponible entre les deux.

    Les photos associées

    Etre nez : un cursus scientifique en chimie d’abord !

    Le métier de nez est précédé d’un long apprentissage d’une dizaine d’années avant de prétendre en connaître les bases... Cet apprentissage commence par un cursus minima de chimie à bac+2 vers un bac+4 en spécialisation...

    puce À voir dans : Les formations pour devenir nez

    ISIPCA, la référence mondiale des écoles spécialisées dans le métier de nez

    Si un cursus universitaire long n’a pas vos préférences, après un bac+2 DUT ou BTS en chimie, optez pour le nec plus ultra des écoles spécialisées dans les métiers de nez. l’ISIPCA est une référence mondiale en plus d’être l’unique institut international à ouvrir ses portes à cette vocation très spécifique !