Les pièges Conibear

AuteurPar la rédaction
Mis en ligne Février 2012
Dossier Piégeage et chasse d’animaux
Médias 1 médias
Une hermine prise dans un piège conibear
Une hermine prise dans un piège conibear

La cruauté des pièges utilisés dans la chasse réside dans la lente agonie, dans laquelle l’animal pris au piège, est soumis. Dans le cas des pièges conibear, l’animal survit encore quelques minutes ou plus avant de succomber.

Le piège Conibear ou "livre de messe"

La traque d’animaux pour leur fourrure est un concept tristement connu de nos jours. Si au début de l’histoire de l’Humanité, la chasse et le port de vêtements en peau d’animaux étaient justifiés, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Mais comme le commerce des fourrures rares et de qualité est aujourd’hui une source de revenu conséquente, la chasse des animaux à fourrures tels que le renard ou le vison demeure une activité très répandue.

Lors d’une chasse, l’utilisation de pièges est très commune et s’avère particulièrement efficace. Il existe aujourd’hui plusieurs sortes de piège. Le but premier étant la capture de l’animal sans endommager sa fourrure. Ces pièges sont pourtant sujet à de nombreuses protestations car ils seraient par nature extrêmement cruels. En effet, la plupart des pièges ne font que blesser les animaux sans les tuer immédiatement, les laissant donc agoniser.

Dans les types de pièges à mâchoires, il y a les pièges en X ou conibear, plus connus sous le nom de "livre de messe". Ce type de piège se compose de 2 carrés de métal disposés en X, qui se referment lorsque un animal essaie de tirer ou de pousser les côtés latérales des carrés. Il est muni d’un ressort qui sert d’amarrage pour la stabilité du piège. Ce piège nécessite l’utilisation d’un appât ou d’un leurre mais peut-être posé n’importe où, même sur une gouttière. La mort de l’animal survient dans les trois à huit minutes après la prise au piège..

Le piège conibear est disponible en plusieurs dimensions, cela permet aux trappeurs d’adapter le piège en fonction de l’animal traqué. Les plus petits, de dimension 13x13cm sont utilisés pour la capture des rats musqué, des fouines ou des martres. Les moyens, 16x16cm et 18x18cm pour les ragondins et les renardeaux et enfin les pièges pour les renards sont les plus grandes : 21x21cm.

Couramment utilisés pour la traque d’animaux de prairie, les pièges conibear peuvent être posés près des marais et jusqu’à 200m des cours d’eau ou des étangs aussi. À plus de 200m, ils sont utilisés en gueule de terrier ou dans les bottes de paille. Les pièges conibear sont soumis à certaines réglementations : le piégeur doit avoir un agrément de la mairie pour l’utilisation de ce type de piège et chaque pièce doit être marquée du numéro d’agrément du piégeur.

Lors d’une utilisation dans les zones ouverts au public, le panneau "Danger Zone Piégée " doit être visible. Le piégeur doit également fournir un bilan annuel de ses activités auprès de sa préfecture.

Les photos associées

Une hermine prise dans un piège conibear

La cruauté des pièges utilisés dans la chasse réside dans la lente agonie, dans laquelle l’animal pris au piège, est soumis. Dans le cas des pièges conibear, l’animal survit encore quelques minutes ou plus avant de succomber.

puce À voir dans : Les pièges Conibear