Repérer une chute de cheveu inquiétante

AuteurPar la rédaction
Mis en ligne Décembre 2011
Dossier La chute des cheveux
Médias 2 médias
Une chevelure qui respire la santé en tout temps
Une chevelure qui respire la santé en tout temps

Toutes femmes aimeraient des cheveux soyeux, brillant et en pleine santé. En effet la coiffure fait partie de ses petits plus qui apporte du style à une femme. Mais comme toute partie de notre corps, il faut en prendre soin et notre style de vie ou notre alimentation, tout comme la saison peut interférer sur la santé de ces derniers.

Quand s’inquiéter ?

Des cheveux longs, soyeux et virevoltants comme nous les vantent les spots publicitaires… quelle femme ne rêve pas de briller avec une chevelure flamboyante ? Et pour cause, les cheveux à eux seuls sont un symbole de puissance, de féminité et de beauté tout particulièrement chez la femme. Et lorsque vous venez à en perdre une masse conséquente, l’inquiétude vous guette. Alors voyons ensemble à quel moment faut-il commencer à prendre au sérieux les chutes de cheveux.

Vous avez noté que le fonctionnement d’un cheveu suit un cycle défini qui l’amène à tomber pour ensuite être renouvelé. Alors qu’un cheveu pousse en moyenne d’1cm par mois, on n’en perd quasiment moins d’une centaine par jour.

La durée de vie d’un cheveu est de 5 ans et si votre chevelure perd anormalement en densité cela doit être dû à des facteurs tels que le dérèglement hormonal, le stress ou alors la prise de médicaments. D’autres facteurs externes tels que les mauvais traitements peuvent raccourcir la durée de vie d’un cheveu comme par exemple les frictions trop énergiques avec une serviette à la suite d’un shampoing ou alors la fréquence des brushings, colorations ou défrisages qui agressent le cuir chevelu et fragilisent les cheveux qui tombent plus facilement à leur tour.

Plusieurs paramètres doivent être pris en compte lorsque vous souffrez de chutes capillaires. Ainsi on trouvera normal à l’âge de 60 ans de ne plus avoir la même densité capillaire qu’à 20 ans car à partir d’un certain âge, la régénérescence des cheveux se ralentit.

Et même avant ce stade, lé période de la ménopause constitue également une étape par laquelle toute femme passe et pour certaines, cela peut se traduire par des chutes de cheveux. Le dérèglement hormonal qui entraîne donc à l’occasion la chute de cheveux intervient aussi bien au moment de la ménopause ou encore à la suite d’une grossesse.

Hiver, printemps, été, automne… le passage d’une saison à l’autre est souvent une période de transition pour notre organisme qui peut être affaibli. Nos cheveux aussi ont du mal avec ce changement et ils ont tendance à chuter durant ces périodes de transition.

Tous ces facteurs cités provoquent des chutes capillaires qui sont plus gênantes d’un point de vue esthétique car elles ne sont pas irréversibles sauf en cas de ménopause. Si les chutes persistent au-delà de 2 à 3 mois, vous devez consulter un docteur pour déterminer si l’alopécie androgénique pourrait en être l’explication.

Les photos associées

Une chevelure qui respire la santé en tout temps

Toutes femmes aimeraient des cheveux soyeux, brillant et en pleine santé. En effet la coiffure fait partie de ses petits plus qui apporte du style à une femme. Mais comme toute partie de notre corps, il faut en prendre soin et notre style de vie ou notre alimentation, tout comme la saison peut interférer sur la santé de ces derniers.

puce Infos : Cheveux
puce À voir dans : Repérer une chute de cheveu inquiétante

L’alopécie féminine : une chute de cheveux « normale »

Plus fréquente chez l’homme que chez la femme, la chute de cheveux est pourtant une véritable tragédie parmi le gente féminine. Les causes en sont généralement hormonales ou génétiques. En règle générale, l’on perd 50 à 120 cheveux par jour, et le cycle de vie d’un cheveu dure 5 ans. Certains aspects de notre vie quotidienne comme le stress, la grossesse ou bien la perte rapide de poids peuvent accentuée ce phénomène.

puce Infos : Cheveux